October 26, 2021
  • 10:08 am Telegraph may hide content behind paywall
  • 10:06 am US companies tweak CEO pay packages ahead of shareholder scrutiny
  • 10:06 am Eurozone rescue fund plans debut bond issue
  • 10:05 am Blacks calls off takeover talks
  • 10:05 am US factory and spending data see solid growth

first_imgParasites : certains contrôlent le cerveau depuis 50 millions d’annéesÉtats-Unis – Un chercheur de l’université de Harvard a détaillé, le 20 août dernier, son étonnante découverte sur le site Biology Letters : de subtiles traces fossiles de l’action d’un microchampignon qui “hypnotisait” les fourmis pour qu’elles le conduisent sur les plantes où il se reproduit. Cela, il y a 48 millions d’années.Au départ, une simple feuille fossilisée vieille de 48 millions d’années, trouvée sur l’emplacement d’une ancienne forêt subtropicale à Messel, en Allemagne. Deux paléo-botanistes sont à l’origine de cette découverte : Conrad Labandeira, de la Smithsonian Institution de Washington, et Torsten Wappler, du Steinmann Institute de Bonn. À lire aussiUne activité électrique détectée dans des mini-cerveaux développés en laboratoireSur les nervures de cette feuille, David Hughes, biologiste de l’université Harvard, reconnaît de minuscules cicatrices : les mêmes traces que celles laissées de nos jours par la fourmi Camponotus leonardi, lorsque son système nerveux est contrôlé par le champignon parasite Ophiocordyceps unilateralis. Elle va alors grignoter les nervures de certaines feuilles, mourir sur place et permettre ainsi au champignon de développer ses spores dans la plante. Des traces très particulières, différentes d’autres morsures d’insectes sur les végétaux, affirme Hughes, spécialiste de l’écologie du comportement et grand connaisseur de ce champignon. Ce type de parasitisme, qui s’avère donc un mécanisme évolutif vieux de millions d’années, existe de nos jours non seulement chez les fourmis porteuses du fameux champignon, mais aussi par exemple, chez les rats, dont le cerveau peut être infecté par une bactérie altérant leur comportement, et peut-être chez l’homme, le rendant plus enclin à certaines névroses. Le 29 août 2010 à 20:13 • Emmanuel Perrinlast_img read more

READ MORE